Cité3
publié par Lycée Suzanne VALADON

ID :1618

Pays : France

Datation :21 siècle

Thèmes : Commerce et échanges

Mots-clef : Aucun mot-clef

Description générale

Le quartier de la cathédrale fini à peine d’être rénové, ce furent des travaux de longue haleine.

Lorsque nous sommes arrivées à la place de la Cité, deux d’entres nous ont fait la connaissance de Marcel ,75 ans, résident du quartier depuis 45 ans. Souriant, il a accepté de nous livrer son ressenti avec nostalgie et émotion, nous confiant que les travaux dans le quartier étaient « un mal pour un bien » et que lui, en tout cas, il en bénéficiait déjà. En effet il pouvait maintenant aller acheter sa baguette de pain en toute sécurité, sans se soucier des conducteurs de véhicules qui stationnaient auparavant sur la place et qui n’étaient pas vigilants envers les piétons. La place étant aujourd’hui interdite aux voitures, ce problème est résolu. Il a souligné aussi que les rénovations ont donné une deuxième vie au quartier, plus propre et plus agréable. Cependant il a regretté que l’étalement des travaux ait perturbé sa tranquillité. Et si Marcel était enchanté de retrouver la splendeur de sa cathédrale, il souhaitait que ce patrimoine soit davantage valorisé en adaptant les horaires d’ouverture aux touristes car elle n’est ouverte au public que l’après- midi.

Pendant ce temps, trois d’entres nous avaient la chance de rencontrer l’évêque de Limoges lui-même croisé sur la place. Il nous invita à le rejoindre à l’évêché, situé à quelques mètres de la cathédrale. Habitant dans le quartier depuis près de 18 ans, il avait pu constater l’impact des travaux. Selon lui « c’est très emmerdant » - ce sont ses mots ! - surtout à cause des nuisances sonores. Mais c’était aussi essentiel afin de diminuer l’insalubrité des appartements et de réduire les dépenses énergétiques. Les travaux d’assainissement ont créé des difficultés pour se déplacer dans le quartier. Il a souligné aussi que la rénovation de la place n’a rien arrangé aux problèmes de stationnement. En effet, l’effectif des paroissiens tend à diminuer car les places de parking sont rares. De plus, il n’y a pas d’arrêt de bus à proximité ce qui est gênant pour des personnes à mobilité réduite. Il a raconté comment la population a changé au fil des années. En effet, au début des années 60, la classe ouvrière, qui travaillait à l’usine de porcelaine et de céramique « Royal Limoges », et la population immigrée (notamment la communauté portugaise) étaient majoritaires dans le quartier. Ces personnes y habitaient car les loyers étaient peu onéreux. Au fil des années, la population s’est transformée. Aujourd’hui ce sont surtout des étudiants et des personnes âgées qui habitent là. Il a souligné aussi que seulement trois commerçants ont réussi à faire vivre leurs magasins dans la Cité. Il pense que le quartier perd des habitants car il n’y a qu’un seul boulanger et pas d’autres commerces de bouche (boucherie, épicerie…). L’évêque a déploré qu’il n’y ait plus autant de convivialité et de vie sur la place, depuis qu’elle est piétonne, à part « un homme bizarre se promenant avec son chien ». Les gens ont maintenant tendance à contourner la place, et lui, il aimerait voir jouer des enfants au foot, par exemple. Ceci dit les rénovations ont permis de préserver ces vieilles pierres chargées d’histoire.

Notre périple s’achève, nos pas nous ont conduites avec beaucoup d’enthousiasme vers ce cœur de Limoges que nous connaissions peu et où nous reviendrons avec grand plaisir.


CARTE
You need to upgrade your Flash Player

MULTIMEDIA
Photo
Les détails de la porte
Arrivés au centre historique Le quartier vu depuis les bords de Vienne Un peu d'histoire Du haut des cathédrales Les détails de la porte Vitraux et gargouilles Sous le soleil levant Les passants nourrissent les pigeons Le musée de L'évéché rénové En contrebas, le pont des bords de Vienne 'L'Abbessaille' La cathédrale et son clocher jadis séparé

VOS OUTILS