Le tarbouche blanc
publié par Ethnologues en HerbeClasse de 6ème puériculture du collège La Fraternité, Bruxelles

ID :891

Pays :

Thèmes : Croyances et religions
Vêtements et parures

Mots-clef : Aucun mot-clef

Description générale

Echanges entre les élèves de 6ème puériculture du collège la Fraternité à propos du tarbouche blanc lors de l’atelier d’ethnographie sur le vêtement et la parure.

- Chez nous au Maroc les hommes et les jeunes garçons circoncis portent une calotte blanche. Elle se pose ainsi toute seule au sommet du crâne, sans attache. Je ne me souviens pas de son nom. Je vais le chercher.
- Je ne suis pas certaine qu’on puisse le ranger dans cette catégorie de couvre-chefs car certaines de ces calottes sont faites au crochet. Elles sont souples et pas rigides comme les chapeaux qui se posent sur la tête.
- Mon père en a plusieurs de ce modèle. Je pense qu’on les appelle aussi « tarbouches ». Certains sont durs et d’autres sont mous. Ceux qui sont mous tiennent avec un petit élastique. Mon père préfère ceux-ci.
- A nouveau il n’y a que les hommes qui le portent. Les adultes et les jeunes circoncis.
- Les pauvres petits circoncis ! Mon neveu a été circoncis la semaine dernière.
- Et le mien, il y a un mois. Il avait deux ans et neuf mois. Qu’est-ce qu’il pleurait ! « Didi, Didi ! », ce qui veut dire ça fait mal. C’est ce qu’il disait-il.
- Deux ans, c’est trop tard pour la circoncision. Il vaut mieux le faire juste après la naissance. Au septième jour ou au quatorzième. Ça se désinfecte mieux car l’enfant fait plus souvent pipi. Et je crois que c’est plus vite oublié.


CARTE
You need to upgrade your Flash Player

MULTIMEDIA
Photo

VOS OUTILS