Le genre et ses mots : entretien avec Mme Charbonnier, professeur de français
publié par Collège Langevin Wallon, Saint Gratien

ID :1993

Pays : France

Datation :2013

Thèmes : Genre
Féminin
Masculin
Noms
Langues et écritures

Mots-clef : Aucun mot-clef

Description générale

Nous sommes les élèves du Collège Langevin-Wallon, de la classe de 5ème7 SEGPA à St-Gratien. Nous avons fait une enquête sur les mots qui désignent les femmes et les hommes (ou les filles et les garçons). On s’est demandé si les mots utilisés sont plutôt agréables ou désagréables. On a posé des questions à d’autres collégiens et collégiennes, à des adultes qui travaillent au collège et à des personnes dans la rue.

L’entretien mené avec l’une des professeurs de français de notre collège nous a fait découvrir beaucoup de nouveaux mots et expressions. Pour parler des garçons de façon négative, celle-ci utilise des expressions comme « macho », « crétin », « imbécile », « abruti ». Elle utilise aussi « espèce de tanche ! ». La tanche est un « poisson de vase, visqueux et mou », nous explique Mme Charbonnier. « Tourte » ou « cloche » lui viennent aussi lorsqu’elle est agacée, « la tourte » est un « genre de pâté, de tarte recouverte de pâte, et une cloche désignant quelqu’un de bête », a précisé notre enquêtée. Parmi les mots agréables, pour les filles, « doucette » nous a plu avec d’autres comme « beauté » ou « mignonne ». Ce mot « doucette », Mme Charbonnier l’a croisé dans un texte du Moyen-âge, selon elle il rend bien l’idée de douceur qu’on peut associer aux filles. Même si notre ethnologue a précisé que les tempéraments des hommes et des femmes ne sont pas liés à leur sexe mais à la culture dans laquelle les uns et les autres vivent.

L’analyse de l’ethnologue : Les élèves ont constaté que souvent, on a davantage de vocabulaire pour parler négativement des hommes ou des femmes que pour en parler de façon neutre ou agréable. Le second élément, apparu dans plusieurs entretiens, consiste dans le fait que les enquêté(e)s font preuve d’un lexique nettement plus riche pour désigner l’autre sexe, comparativement à celui désignant leur propre groupe de genre. Les filles ont plein de mots pour désigner les garçons, mais très peu pour parler d’elles, par exemple.


CARTE
You need to upgrade your Flash Player

MULTIMEDIA
Photo
Mme Charbonnier, notre professeur de français
Mme Charbonnier, notre professeur de français Dessin de mots : "doucette" et "tourte" Verbatim de Mme Charbonnier sur le panneau de l'atelier sur le genre (2012-2013)

VOS OUTILS