La Haute Egypte
publié par Musée du Centre des Arts de la Bibliotheca Alexandrina

ID :1699

Pays : Egypte

Thèmes : Aucun thème

Mots-clef : Aucun mot-clef

Description générale

La Haute Egypte est la région qui s’étend depuis la partie "haute" du Nil (d’altitude plus élevée) au sud du pays, jusqu’à son Delta au nord. Elle est le Sud conservateur qui maintient les us et les coutumes, les traditions et les croyances populaires, sous leur forme la plus pure, malgré tous les changements dont l’Egypte fut l’objet durant les dernières décennies. Les efforts déployés pour le développement de cette région durent depuis la Révolution de 1952, qui avait décidé d’y construire de grandes usines, telle celle de l’Aluminium, implantée dans la ville de Nagaa Hamadi, dans le Gouvernorat de Kena. Néanmoins la Haute Egypte reste la réserve inépuisable du transmis populaire égyptien. Les formes du conte populaire "Al Sirat" (la biographie) continue à exister, côte à côte, avec les nouveaux moyens de communications. Les jeux populaires, qui mettent en relief les compétences physiques et hippiques, subsistent malgré l’avènement des jeux électroniques. Le "Tahtib" (le Jeu du Bâton) reste le jeu principal en Haute en Egypte. Il est pratiqué sous forme de joutes lors des concours organisés et de danses – exécutées par des hommes - lors des occasions festives. Bien que le niveau de vie dans les gouvernorats de la Haute Egypte soit inférieur à celui de tous les autres gouvernorats du Delta du Nil, vu que cette région est effectivement la plus pauvre de toute l’Egypte, les compétences humaines, l’expertise et le patrimoine constituent de réelles sources de force dans le Sud. Les travaux de construction en Egypte sont majoritairement effectués par des habitants de cette région, qui possèdent de grandes compétences dans ce domaine. Jusqu’à nos jours, ce sont les traditions qui gèrent grand nombre de relations entre les individus en Haute Egypte. En cas de conflits, ils ont fréquemment recours aux conseils coutumiers constitués par les notables des villages et des gouvernorats, à qui il revient de trancher (à commencer par les affaires relatives aux crimes de sang jusqu’à celles concernant l’honneur en passant par celles du vol). Par ailleurs, la jurisprudence coutumière en Haute Egypte détient un pouvoir considérable sur les habitants issu de la tradition forte transmise de génération en génération, malgré la présence des lois descriptives dans les gouvernorats. L’habit conservateur de la femme est de rigueur en Haute Egypte. Il couvre complètement son corps et sa tête. La "djellaba" en fait partie. Dotée d’une taille, elle n’arrive pas jusqu’à la pointe des pieds et laisse paraître le "sérouale" de même couleur, porté par en dessous. Par ailleurs l’habit traditionnel porté lors des sorties consiste en une robe ample, "Al Malas", de couleur noire, que la femme porte par-dessus ses vêtements en couleurs.

Les gouvernorats de la Haute-Egypte sont les suivants : "Sohag", Béni Sweif", Assiout", "Minya", "Louxor", "Assouan", "Kena" et "Fayoum"


CARTE
You need to upgrade your Flash Player

MULTIMEDIA
Photo

VOS OUTILS